Entre deux averses

(15 septembre)

Et voilà, nous ne sommes pas rentrés depuis trois semaines, et je me laisse déjà déborder.
Il faut dire que le début de semaine a été un peu mouvementé, avec un Pirate qui avait perdu sa carte de self, puis sa carte et sa clef d'internat, mais en réalité seulement sa clef... J'ai passé une bonne partie de mon temps "libre" à chercher tout ça, retournant sa chambre au lieu d'avancer dans mon travail. Et pourquoi? Pour rien: en réalité, la clef était perdue dans le manteau, dont elle est tombée par miracle jeudi midi (je soupçonne un trou dans la poche et un coup de la doublure).
Bref. Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour vous raconter ma vie trépidante. Mais j'ai quand même réussi à photographier les papillons qui apprécient beaucoup notre jardin. Entre le potager de K. et le poirier qui, quoique atteint de tavelure, produit force fruits, ils trouvent leur bonheur. Voici donc, photographiés entre deux giboulées:

Un Vulcain, somme toute assez courant. Il butine les fleurs et les fruits mûrs, paraît-il: je l'ai vu se régaler de jus de poire.
Robert-le-diable. Il ne fait pas si peur que ça. D'où lui vient ce nom étrange? En tout cas, il ne se laisse pas beaucoup approcher sans replier ses ailes pour se camoufler.
Le Paon du jour, mon préféré. Comme ses collègues, il pond sur les orties.

Libellés : , ,

Cela va sans dire

(10 septembre)


Eglise Saint-Louis, Neuf-Brisach.

Libellés :

Comme un ouragan...

(8 septembre)

Evidemment, comparé à Irma, la tempête de la rentrée est à peine un crachin breton.
Il n'empêche qu'un vent de nouveauté a soufflé, par chez nous.
D'abord, le Pirate est parti en internat. K. a pris sa journée, lundi, pour l'accompagner (oui, parce que, si les internes étaient reçus dès 7h 30, il n'était pas prévu qu'ils soient au lycée dans l'après-midi). Depuis, nous communiquons par SMS. Sauf mercredi, ou j'ai eu droit à un vrai appel de mon fils, un peu désemparé. Figurez-vous que s'il est interne, c'est parce qu'il a été admis en section sportive pour faire de la voile. Oui, mais il est germaniste. C'est beaucoup trop intellectuel pour un sportif (ils sont priés de faire de l'espagnol, dans ce lycée), et donc, on l'a mis dans une classe intelligente (avec des élèves qui font du chinois) au lieu de l'intégrer à la classe sportive. Du coup, ses horaires ne sont pas adaptés aux entraînements, et il n'avait aucune info. Mercredi après-midi, il n'a pas été au centre nautique, et c'était un peu la panique. J'ai contacté le prof responsable de la section sportive, il était d'autant plus au courant qu'un autre élève est dans le cas du Pirate: ils n'ont rien raté pour l'instant, les entraînements ne reprennent que la semaine prochaine. Mais l'administration a intérêt à revoir les emplois du temps (K. était furieux, et je suis bien placée pour connaitre un autre lycée où les sportifs peuvent être germanistes).
Ensuite, Numérobis est entré en sixième, et ce qui l'angoisse le plus, c'est de prendre le car. Pas facile, quand on est réservé, de se mesurer à un car plein d'ados. Mais au moins, dans sa classe, il a retrouvé ses meilleurs copains; et la voisine.
Quant au P'tit Mousse, il rempile avec la même maîtresse. C'est elle qui monte d'un niveau. Au lieu d'un CP-CE1, elle s'adresse à un CE1-CE2. Il y a deux ou trois élèves nouveaux dans la classe, dont un qui arrive du Brésil (avec les deux petites jumelles qui ne parlaient qu'espagnol l'an dernier, mais qui ont des visages plutôt andins, je pense que c 'est la classe la plus sud-américaine de la communauté de communes). Le P'tit Mousse est ravi, parce que cette année, mon emploi du temps va sans doute me permettre de les accompagner à la piscine.
Mon emploi du temps, pour le moment, est plutôt sympathique. Néanmoins, les élèves sont perturbés: après deux ans dans la même salle, voilà que, le jeudi, je change de bâtiment. J'ai dû demander une autre clef (c'était la dernière de sa catégorie), et eux vont devoir se déshabituer du réflexe pavlovien qui les emmenait toujours au même endroit pour leur cours d'allemand. Je me sens un peu vieillir, aussi, en voyant, pour la première fois de ma carrière, arriver les troisièmes petits frères ou soeurs de deux familles (après "Amour" - ou "Aimée", je maîtrise assez mal le turc - et "Bouton de Rose", voici "Merci").
J'ai repeins les portes; et K. n'a pas aimé.

Libellés : , , ,

Une dernière anecdote du mardi

(5 septembre 2017)

Mon appareil photo a décidé que ce cliché représentait un visage et devait donc se présenter dans ce sens...

  (Oui, je vous raconterai probablement mes vacances, et aussi ma rentrée, bientôt.)

Libellés : ,

Chaussette de main

(3 septembre)

(Ze suis un tigre!)

Le cadeau de Flourig, ce matin. Je crois qu'elle regarde trop Fortboyard....

Libellés :

Je me serais fait avoir

(31 août)

Il y avait dans mes courriels un message d'Ah_ma_zone me confirmant une commande de variateur de lumière.
Quoi? Mais je n'ai jamais commandé un truc pareil!
Heureusement, quand j'ai voulu cliquer sur le lien pour annuler la commande, mon ordinateur, qui défaille parfois, a été trop lent. Il a fallu ruser, et me rendre directement sur le site marchand pour vérifier mon compte. Je n'ai rien commandé depuis six mois. Et ma banque n'était pas au courant non plus d'un prélèvement correspondant à ce prétendu achat.
Alors je suis retournée examiner le mail, qui était très bien fait. Une page digne d'Ah_ma_zone, sans faute de français. Sauf que le nom de l'expéditeur était un tantinet bizarre. Quand j'ai réessayé le lien, je suis arrivée sur une autre page très bien imitée me demandant de m'identifier et ajoutant un code de sécurité à recopier. Plus vrai que nature! Evidemment, je n'ai pas été plus loin: si j'avais donné mon mot de passe, je permettais à n'importe quel malotru de commander n'importe quoi et de se le faire livrer à mes frais (puisque ma carte bancaire est enregistrée avec les données de mon compte).
Pour une fois, je suis bien contente que mon ordinateur divague, de temps à autre.

Allez, une petite carte postale de vacances, pour les conclure en beauté:


(Et les gens, que se passe-t-il? Mon site a enregistré presque 1000 visites, hier, et plus de 700 avant-hier!)

Libellés : , ,

La septième anecdote du mardi

(29 août)

Hier soir, il faisait 28° dans la chambre sous le toit. Et 24 dans le salon semi-enterré. J'ai décidé de dormir dans le salon. Devinez qui était drôlement contente?
(Ce matin, 22 dans le salon, alors que la fenêtre est restée ouverte toute la nuit, et 24 sous le toit, bien aéré aussi.)

Libellés : ,