E3C

(16 janvier)

Dans l'Educ' Nat', on s'est mis aux sigles, si possible avec des chiffres et des lettres. Par exemple, une ancienne filière SMS s'appelle aujourd'hui ST2S (à ne pas confondre avec STI2D, les S font du sanitaire et social, les D du développement durable), il ne faut plus dire "CDI", mais "3C" ("Centre de Culture et de Communication", enfin, je crois), et dans le nouveau bac, il y a des "E3C", ou "épreuves communes en contrôle continu", dès la première.
En fait, les E3C doivent avoir lieu à partir de la semaine prochaine, suivant un calendrier et des modalités locales. Comment se fait-il, alors, qu'on parle déjà d'épreuves qui n'ont pu avoir lieu dans certains établissements? Je n'en sais rien; mais j'ai bien quelques idées sur les raisons de la colère.
D'abord, les sujets. Ils sont issus d'une banque nationale et choisis par les équipes pédagogiques (en cas de refus, c'est l'inspecteur qui s'y colle: aucune garantie que le sujet soit abordable par les élèves de l'établissement). Le problème, c'est que la banque de sujets est accessible depuis à peine plus d'un mois. Comme elle n'est pas très pratique à consulter, il a fallu un peu de temps aux profs pour se mettre d'accord sur les sujets. Et donc, nous n'avons pu commencer à travailler les thèmes dans la perspective de cette épreuve qu'à la rentrée des vacances. Ce qui est un peu juste, convenez-en.
En anglais, les sujets de CO (compréhension orale) n'étaient pas tous formatés pour l'épreuve: il va falloir que ceux qui surveillent les élèves soient mis au courant des modalités et se munissent d'un chronomètre pour bien compter une minute entre deux écoutes. En histoire-géo, les sujets ne correspondent pas à ce qui avait été annoncé, ce qui complique la tâche de préparation. En maths, une partie de l'épreuve a lieu sans calculatrice, et le reste en "mode examen", le truc facile à mettre mais très compliqué à enlever...
Ensuite, les modalités d'examen ne sont pas les mêmes partout. En fait d' "épreuves communes", certains établissements ne prévoient pas d'horaire banalisé, donc chaque prof fait passer les épreuves pendant son cours. Concrètement, si c'était le cas chez nous, comme j'ai deux groupes de première (une collègue d'espagnol en a trois), il me faudrait un sujet par groupe. Bonjour l'équité! Et puis, il paraît qu'on peut (qu'on doit?) laisser les salles dans leur configuration habituelle. On ne sépare pas les tables, et je laisse ma salle en U? Comme c'est un double U, le surveillant (un seul par salle!) aura bien du mal à voir ce qui se passe au second rang.
Le dernier truc hallucinant que nous venons d'apprendre: il est certes prévu des copies spéciales pour la numérisation, mais pas de papier pour le brouillon. Donc les élèves viennent avec leurs feuilles. Qui ne seront peut-être pas toutes vierges...
Bon, je ne vous parle pas de la correction, on n'y est pas encore, et je n'ai pas été voir à quoi ressemble la fameuse application Santorin. Mais j'ai testé les grilles, et il y aurait beaucoup à dire. Je me contenterais de cette remarque: en compréhension, la grille pour l'oral est la même que pour l'écrit. Un des critères pour atteindre le niveau A2 est d'identifier le lieu de l'action. Or, la moitié des documents proposés en CO sont des vidéos! Je pense que je peux atteindre le niveau A2 en coréen ou en hongrois, dans ces conditions...

Donc, c'est un reportage télévisé sur des scientifiques qui étudient le lac Sainte Anne,. Ils font notamment des prélèvements de zooplancton (mot transparent). Je n'ai pas tout regardé, mais je formule l'hypothèse qu'ils s'intéressent à l'effet de la pollution et / ou du réchauffement climatique, et en tout cas, je vous annonce officiellement que j'aurais entre 5 et 7 sur 20 à cette épreuve, juste parce que j'ai identifié le lieu, les personnages, et que j'ai relevé "quelques caractéristiques évidentes" du document.

Edit du samedi 18 : l'information sur le brouillon est erronée. C'est une erreur de communication de je ne sais quel directeur, au rectorat. En réalité, ce qui se passe, c'est que le rectorat ne fournira que les copies spéciales pour la numérisation. C'est aux établissements de photocopier les sujets et de fournir les feuilles de brouillon. Ou comment l'Etat fait des économies en se déchargeant sur les collectivités locales.

Libellés : , ,

Elles sont drôles, les lettres

(11 janvier)

Il a fallu quelques semaines au P'tit Mousse pour s'en rendre compte, mais le pot de miel qui est sur la table du petit déjeuner ne vient pas de France.


Je suis récemment entrée dans un réseau de trafic de denrées grecques.

(Et sinon, à propos de Grèce, j'ai reçu ce samedi à 11h30 un mail du ministère à propos de l'application Santorin. Ils ne connaissent pas les week-ends et la déconnexion, au ministère?)

Libellés : , ,

Forty five degrees

(5 janvier)

L'Australie brûle depuis des semaines.
Pourtant, en 1987 déjà, le groupe Midnight Oil parlait de la chaleur insupportable et des diesels qui prenaient feu...


Mais si vous écoutez bien les paroles ("It belongs to them, let's give it back"), le chanteur écolo porte surtout un message politique: il s'agit de restituer leurs terres aux aborigènes.
J'ai bien peur que, quel que soit le sens de cette chanson, il ait été assez peu entendu.

Libellés : ,

Meilleurs voeux

(2 janvier 2020)

J'ai peur de ne pas être très originale, en ce début d'année, mais je vous souhaite quand même 366 jours de bonnes choses pour 2020 (qui est une année bissextile, profitez-en!).

Bon, ben maintenant, je peux enlever les guirlandes?

Libellés :

Cadeaux d'élèves

(25 décembre)

En dehors de trois ou quatre dessins signés en fin d'année, les cadeaux que j'ai reçus de mes élèves se comptent sur les doigts d'une main.
Il y a d'abord eu cette élève d'origine japonaise, qui a fabriqué un petit cadeau pour ses profs de terminale avant de partir terminer sa scolarité au Japon. Elle a quitté la France en milieu d'année, puisque la rentrée scolaire nippone s'effectue en avril. Sa petite tortue est depuis accrochée à ma trousse.


Et puis, il y a deux ou trois ans, une élève plutôt discrète m'a offert ça:



Vous ne le reconnaissez pas? C'est Arminius (ou Hermann), l'équivalent germanique de Vercingétorix, qui battit les légions de Varus dans la Teutoburger Wald! Nous l'avions étudions dans le cadre de la notion "mythes et héros".
Enfin, cette année, j'ai eu droit à des chocolats pour Noël. Ce qui est drôle, c'est que l'élève qui m'a apporté les chocolats s'assied à la place qu'occupait celle qui a piqué un vieux Plem O'Bill à son petit frère.

Libellés : ,

C'est vendredi, c'est écologie (10)

(20 décembre)

Cette année, j'ai tenté de me passer des géants de la toile pour mes cadeaux de Noël. Ce n'est pas qu'ils soient particulièrement énergivores (quoique, il y a sûrement des banques de données qui consomment pas mal, sans parler de l'électricité consommée pendant qu'on cherche la perle sur leurs sites), mais la façon dont Ah!mazone stocke ses marchandises en Pologne pour les expédier ensuite aux quatre coins de l'Europe est assez peu conforme à la règle du plus court chemin. Sans parler des conditions de travail des ouvriers et chauffeurs polonais...
Evidemment, pour la famille de ma soeur d'Outre-Atlantique, le géant de la distribution était pratiquement incontournable. Je ne connais pas assez les enseignes locales (et franchement, est-ce que Toïzareus est plus recommandable?), et puis les listes de souhaits étaient disponibles sur le site, il n'y avait plus qu'à cliquer et à payer (tiens, le dollar est drôlement bas!).
Mais pour mon autre soeur, si j'ai consulté les fameuses listes, j'ai aussi été voir si je ne trouvais pas la même chose en magasin. J'ai presque réussi. Il ne manquait qu'un joujou, introuvable malgré l'aide du P'tit Mousse, et que je me suis donc résolue à faire venir par la toile. J'espère qu'il arrivera à temps pour être sous le sapin.
Là où j'ai vraiment fait un effort pour la planète, c'est sur les emballages. Je n'ai acheté qu'un seul rouleau de papier cadeau (et pas de 10 mètres). Et pour le reste, j'ai utilisé des restes de l'an dernier et récupéré les sacs fournis par Ah!mazone depuis toutes ces années qu'il me livre des cadeaux empaquetés (bien sûr, ma soeur d'Amérique fait emballer mes cadeaux, sinon je n'aurais pas de surprise). Granit m'a un peu aidée:


(Ce sac n'est pas un jouet...)

Il y aura donc sous le sapin beaucoup d'emballages récupérés (et réutilisables), sans que les géants de la toile en tirent vraiment profit cette année...

Libellés : ,

Et 10 de der!

(18 décembre 2019)

J'ai assisté hier soir à mon dernier concours de ventre spectacle de Noël des écoles maternelles et primaires. Je crois que j'y avais échappé une fois, et comme le Pirate est arrivé en janvier, et que le P'tit Mousse a sauté une classe, ce ne doit être que mon neuvième spectacle.
Evidemment, j'ai encore été émue par les petits chantant Petit Papa Noël. Evidemment, sans "micro chorale", on n'a rien compris à la chanson semi-mimée des CP. Est-ce qu'on n'entendait rien parce qu'ils ne chantaient pas, ou parce qu'ils ne chantaient pas assez fort? Est-ce que le Père Noël avait perdu sa barbe ou sa cape? Evidemment, c'était encore la cohue pour récupérer les chocolats et la bougie fabriquée par le P'tit Mousse.
Ce marché de Noël, d'ailleurs, c'est une vraie arnaque, quand on y pense: on paie pour des objets fabriqués par nos enfants. On en plaisantait avec les parents, et avec la maîtresse, qui a collectionné les pots de NutLA vides depuis au moins deux ans (une DLUO de 2017, sur le nôtre) pour en avoir assez (quelle abnégation!). On pourrait peut-être en faire un problème de maths? (Sachant que la maîtresse a deux enfants et qu'un pot de NutLA contient xxx g, combien de grammes par semaine les deux fillettes ont-elles pu ingurgiter, sachant que leurs parents mettaient aussi leur cuiller dans le pot chaque fin de semaine?)
Allez, une chanson de Noël pour les malentendants:

(Un jour, peut-être, j'apprendrai la LSF, mais là, j'ai plein de trucs à faire. Ma boîte mails déborde de messages de trois types: mes soeurs, avec lesquelles il faut organiser la distrubution des cadeaux et le repas de Noël, m'envoient des courriers plutôt sympathiques, mes collègues sont énervés par la réforme et l'obstination du proviseur, et différents sites me proposent des tas de trucs dont je n'ai pas besoin pour Noël.)

Libellés : ,