Sauvetage

(7 juillet)

Hier, j'étais tranquillement en train de perdre mon temps sur la blogosphère lorsque j'ai entendu un genre de grincement. Je me suis d'abord demandée quel jouet des enfants pouvait bien faire un bruit aussi désagréable, et, au moment où je me retournais pour demander à Numérobis (qui semblait le plus près du couinement) de cesser tout de suite, j'ai vu mon chat.
Mon chat, à l'affût dans le coin près de l'escalier, visiblement (et audiblement, donc) en train de martyriser une nouvelle victime. J'ai commencé par croire à un troisième oisillon, et je m'approchais en criant des insultes à l'adresse de la grosse dégoûtante; mais la proie avait réussi à se glisser entre l'étagère de coin et le mur. C'était donc plutôt un rongeur. Comme j'essayais d'attraper le bourreau, elle a pris le mulot dans sa gueule pour chercher un coin plus tranquille pour jouer. Manque de chance (pour elle!) les enfants étaient accourus au bruit, l'un d'eux barrait opportunément l'escalier (sinon, la souris finissait sous mon lit, comme le dernier oiseau en date) et il ne restait, comme solution de repli, que les toilettes.
J'ai poursuivi le chat dans les toilettes. Elle y a lâché sa victime avant de quitter les lieux, sous la menace. J'ai donc enfermé le mulot dans la pièce, et tenté de prendre le félin par la peau du coup pour lui faire définitivement comprendre qu'on n'apporte pas de jouets dans le salon de proie dans la maison. Elle a pris la poudre d'escampette. J'en ai profité pour vérifier que la musaraigne était encore en vie. En dehors d'une trace de croc sur le dos, elle avait l'air plutôt en forme, mais il fallait trouver une solution autre que "attendre que K. revienne". Me saisissant d'une botte du Pirate, j'ai donc gentiment poussé le petit rongeur dedans, puis couché la botte dans le jardin, près d'une bordure. La souris en est ressortie quelques temps plus tard.
Mon chat, lui, est rentré chercher son campagnol. Dans les toilettes, d'abord; puis aux alentours, puis partout où j'allais. Zut alors, un si beau joujou qui faisait si bien pouic pouic! Je ne sais pas si elle a compris la leçon...

Libellés : ,

4 Commentaires:

At 2:44 PM, Anonymous Nanouk a bien voulu donner son avis...

Laisse tomber, tu ne feras jamais comprendre à un chat qu'il ne faut pas chasser. Tu peux toujours essayer de lui proposer un jouet la prochaine fois que tu la surprends avec une proie, mais je doute que tu arrives à lui faire perdre ses instincts...

 
At 3:31 PM, Blogger Bellzouzou! a bien voulu donner son avis...

pareil. ta bête ne comprendra j a m a i s ça, tout comme elle ne comprend pas que tu ne saches pas attraper de proies comme elle.
tu perds ton temps, royal ;-)

 
At 10:48 AM, Blogger Bismarck a bien voulu donner son avis...

Je ne veux pas l'empêcher de chasser. Dehors, elle fait ce qu'elle veut. Ce que je voudrais éviter, c'est d'avoir à ramasser ses cadavres sous mon lit...

 
At 2:59 PM, Anonymous Au secours, mon fils m'apprend la vie ! a bien voulu donner son avis...

Ca me rappelle l'époque où j'avais des chats - et souvent de jolis cadeaux sur le tapis du salon... genre tête de musaraigne. Maintenant, j'ai une chienne, elle chasse beaucoup moins bien. Le tapis du salon ne reçoit que des croquettes.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home