Grand ménage

(17 juin)

Lorsqu'il avait invité cette relation de travail à dormir à la maison, K. avait juste pensé que ce serait beaucoup plus pratique pour le reconduire à l'aéroport à l'aurore.
C'est vrai que nous avons une pièce qui est destinée à être un bureau et une chambre d'amis. C'est la chambre que K. a occupée quand il était seul ici, elle a une salle de bain attenante et se trouve au rez de chaussée, suffisamment à distance de la chambre de notre réveil nocturne (lequel a dormi de 20h 30 à 4h 30 cette nuit!).
Sauf que. Depuis le temps où K. vivait en célibataire dans cette maison, il n'avait jamais nettoyé la salle de bain. Nous avions entassé des cartons dans ce "bureau" et mes beaux-parents ont récupéré le matelas prêté à leur fils. Par ailleurs, je crois bien n'avoir jamais passé la serpillère plus loin que le seuil... Un grand ménage s'imposait donc.
La première chose que nous avons faite, c'est de nous procurer un matelas. Un tapissier liquidait justement son stock devant le supermarché, samedi dernier. Liquider est un grand mot, le rabais n'était pas si important que ça, mais nous n'allions pas chipoter, il nous fallait un matelas.
Avant que K. ne s'occupe de débarrasser la planche sur tréteaux qui lui servait de table de travail, j'ai mis de l'ordre sur mon propre bureau et rangé un peu mieux les cartons, afin qu'ils forment des piles plus harmonieuses ou qu'ils aient l'air au moins à leur place sur les étagères (en fait, il faudrait encore des étagères pour y loger le contenu de tous les cartons, et puis, tant que je ne travaille pas, je ne vois pas l'intérêt de déballer mes livres de cours).
K. est rentré exprès mardi midi pour s'occuper de la salle de bain. Je l'avais prévenu que je ne la nettoierai pas moi-même. Mais je suis passée derrière lui pour un coup de chiffon sur le miroir et aussi pour frotter les parois de la douche (je comprends mieux, maintenant, comment il se fait que les bouteilles de shampooing de K. se vident beaucoup plus rapidement que les miennes).
Après quoi, j'ai fini de ranger le salon (K. avait d'abord ôté ses affaires), et passé l'aspirateur puis la serpillère sur l'ensemble du rez de chaussée. Le temps de lire un chapitre de Harry Potter, c'était sec, et j'ai tout juste pu faire le lit et nettoyer les vitres avant de courir chercher les enfants à l'école. Après le goûter, il ne restait plus qu'à récurer "l'étoilette" (travail que 70% des hommes rechignent à faire, paraît-il, alors que franchement, qui est-ce qui salit le plus les WC?) avant de reconduire le Pirate à l'école pour l'écouter chanter.
K. et son visiteur sont rentrés en même temps que nous, mais j'ai quand même réussi à me glisser dans la chambre avant eux pour déposer sur le lit des serviettes de toilette.
Maintenant que l'invité est reparti, il reste plus qu'à repasser un coup de balai et à faire le ménage à l'étage avant l'arrivée de mes beaux-parents, qui débarquent demain (pour l'anniversaire de la bataille de Waterloo...) et sont susceptibles de monter dans les chambres des enfants.

Libellés : ,

3 Commentaires:

At 8:21 AM, Blogger Eddye a bien voulu donner son avis...

moi aussi, grand ménage, mais pas parce que j'ai des invités, juste parce que j'en ai marre des choses entassées :-)

 
At 10:52 PM, Blogger Stéphanie a bien voulu donner son avis...

Je me reconnais beaucoup dans certains passages... non,non, je ne dirai pas lesquels ;op

 
At 9:47 AM, Blogger Bismarck a bien voulu donner son avis...

Harry Potter, peut-être, Stéphanie?
(Et pour les choses entassées, je ne range que les miennes, ce qui fait qu'il en reste pas mal, on va dire.)

 

Enregistrer un commentaire

<< Home