Punis?

(16 octobre 2008)

Le sujet est polémique, surtout chez les professeurs des écoles. Pour ne pas les payer autant à travailler (juste un peu) moins, les pontes qui ont supprimé l'école le samedi matin imposent aux enseignants deux heures hebdomadaires de soutien.
Du coup, ils les imposent aussi à certains élèves. Les moins doués, ceux qui ont des chances de moins aimer l'école, devront venir plus que les autres, youpi!
En dehors des parents qui peuvent, suivant l'organisation de l'école, bénéficier d'une demie-heure de garderie gratuite, je ne vois pas qui peut être ravi.
Le soutien, pour les instits, demande à mon sens un chouïa plus de préparation que les deux heures de cours supprimées. Il faut, sans s'écarter trop de la progression, s'adapter aux besoins spécifiques des petits élèves, chercher des exercices supplémentaires adaptés... Quand je prends des élèves en soutien (oui, chez nous aussi, c'est à la mode, ça s'appelle de la "remédiation"), c'est toujours un peu un casse-tête.
Pour les élèves, c'est de l'école en plus, ce qui n'est pas forcément bien vécu. Ils sont rapidement stigmatisés comme bons à rien, et je ne pense pas que cela contribue à renforcer ni leur estime de soi, ni leur amour pour cette instituion.
Pour les parents, cela peut devenir difficile à l'heure dite des "mamans", parce que Robert et Charlotte finissent à 11h 30 au primaire, alors que Marthe va au soutien en maternelle jusqu'à 12h, et le soir, c'est Charlotte et Marthe qui finissent à 16h 30, mais le mardi et le jeudi, Robert va en soutien jusqu'à 17h 30 (du coup, il ne peut plus aller à la piscine le mardi)...
Sans parler des dérives possibles et du chantage à la fin de l'année: Comment, Charles-Edouard a suivi le soutien toute l'année, et il ne passe pas en CM1? Mais à quoi sert-il, alors, ce soutien?
A rien. Juste à compliquer les choses pour ne pas augmenter en douce les professeurs des écoles. Parce que c'est un métier surpayé, c'est bien connu. D'ailleurs, c'est pour ça que les fameux pontes veulent augmenter le niveau d'étude exigé pour passer le concours: il y a évidemment trop de candidats, tout le monde rêve de devenir instit en maternelle, puisqu'il s'agit juste de surveiller la récré entre deux siestes!
(Je n'échangerais pour rien au monde mes heures en lycée contre le même nombre d'heures - un mi-temps, alors - en maternelle, même si je conservais mon salaire.)

Libellés : , ,

4 Commentaires:

At 10:52 PM, Blogger LiliLajeunebergere a bien voulu donner son avis...

Ah ça, c'est vraiment LE sujet qui va nous occuper toute l'année! Je me demande comment ça va finir... Parce que ce système pourri ne va pas tenir, c'est tellement évident, on va vite s'en rendre compte, même en haut lieu...

 
At 3:19 PM, Anonymous liliplum a bien voulu donner son avis...

C'est clair qu'à un moment donné, ça va se casser la figure méchamment...le tout est de savoir comment. Quoi qu'il en soit, ce sont encore les mômes qui vont trinquer. Zut de crotte.

 
At 9:57 AM, Blogger Sar@h a bien voulu donner son avis...

Les instits aussi craquent … Car où placer ces heures ?
Le matin … Il faudra que les enfants se lèvent plus tôt (perso, c'est mon choix, car j'espère que ce petit bout de relation les aidera à tenir leur attention pendant la journée … noyés au milieu des 27 autres CP)
Le midi … Plus de pause pour souffler, corriger, les réunions d'équipe éducative. Avantage pour ceux qui mangent à la cantine, ils peuvent continuer à prendre les transports scolaires.
Le soir ? la demi-heure ne peut être consécutive à la classe … donc il faut laisser 1/4 d'heure de battement … On arnaque une fois de plus 1/4 d'heure de bénévolat à l'enseignant. En plus quand la journée s'est mal passée on a pas envie de s'y remettre.

La justification de l'état : "Offrir du soutien scolaire, genre aca … aux plus démunis."
Le but ne pas faire cadeau de 2 heures !
Pourtant, on aurait pu utiliser ces 60 heures pour reconnaître le travail relationnel avec les familles, l'administratif : j'ai passé 8 heures cumulées pour essayer d'obtenir une AVS [1 h rencontre avec les parents, 1 h pour réunir & préparer l'équipe éducative, 2 heures équipe éducative (1 h professionnel & 1 heures avec les parents), 4 heures de rédaction de la demande]
Rased : 1/2 heure pour rencontrer chaque parent (6 x 0,5) et 2 heures de rédaction de dossier, 1 h 1/2 de concertation avec le maître E : 6 1/2 heures gratos !
Je sais, l'an prochain, je n'aurai plus à le faire !

 
At 1:49 PM, Anonymous Guern' de Bé a bien voulu donner son avis...

Le problème, c'est qu'"on" essaye toujours de résoudre les problèmes par plus ou par moins, jamais par mieux... Et quand je dis "on", je parle de notre gouvernement. Ne pourrait-on envisager d'élargir la méthode Freinet par exemple qui donne de très bon résultat...

 

Enregistrer un commentaire

<< Home