Les clowns

(20 décembre 2008)

En cette période de l'année, difficile d'échapper aux spectacles de Noël. Et aux bonbons qui vont avec.
K. étant employé municipal, nous avons droit au cadeau de la Mairie pour les enfants (mais choisi par les parents dans le magasin ad-hoc), cadeau qu'il faut aller chercher le jour J à une fête où le Maire ne se montre jamais. Sur le carton d'invitation, il est écrit que ça commence à 14h 15, donc ce n'est pas tellement la peine de partir de la maison avant 14 heures, vu qu'il y a environ d'un quart d'heure de marche pour les petites jambes, et que les portes de la salle ne sont jamais ouvertes avant l'heure.
Lorsque nous arrivons à 14h 20, les gens entrent à peine, nous les suivons et là, je vois qu'il y a deux clowns qui circulent. OK, pas de problème, Numérobis ne les verra peut-être pas, et puis, je suppose qu'ils vont disparaître quand le spectacle va commencer. Que neni! Numérobis les a vu, et il a dit "moi ze veux rentrer à la maison" et "les clowns ils me font peur". Inutile de lui expliquer que c'était juste des dames qui s'étaient mis de la peinture sur la figure. Il s'est plaqué sur son fauteuil, le regard figé sur le siège de devant, le pouce dans la bouche et me tenant fermement de l'autre main.
Quand le spectacle a commencé (un bon quart d'heure plus tard), il s'est avéré que les clowns en faisaient partie. Mais, petit, Numérobis ne les voyait pas vraiment. Entre les dos des personnes assises devant lui, il ne voyait que le magicien. Très bien, cet illusionniste. Je crois que c'est le meilleur spectacle de Noël auquel j'ai assisté depuis que nous sommes là. Les enfants étaient captivés. Et Numérobis a fini debout sur mes genoux, à crier "le lapin" plus fort que son frère.
Après quoi, Numérobis a chanté "Petit Papa Noël" (appris chez la nounou?), mais n'a pas voulu s'approcher trop non plus du barbu en rouge. Tous ces gens déguisés, ce n'est pas normal. Heureusement que les distributeurs de cadeau étaient en civil. Comme ça, il a pu rapporter à son papa que "maman elle a aceté un cadeau" (ce que je n'ai pas démenti, même si, bien sûr, ce n'est pas moi qui l'ai payé).
Il n'avait pas complètement oublié les clowns. Je pense qu'ils sont à l'origine de son cauchemar de la nuit suivante. Sinon, pourquoi aurait-il marmonné "ze veux pas y aller"? De quoi avait-il peur de s'approcher?
Hier, rebelotte, Numérobis a eu droit à la fête de Noël de la garderie et du relais des assistantes maternelles. C'est sa nounou qui l'y a emmené, je suis juste allée le chercher. J'ai bien fait, parce que comme ça, il a été étiqueté "garderie" et il a eu son cadeau ("c'est un livre de Tsoupi!"), alors que sa copine de chez la nounou n'y avait pas droit. Et la première chose qu'il m'a dite, quand je suis arrivée, c'est "y avait pas de clown", sur un ton satisfait et soulagé. On s'amuse aussi très bien, sans les clowns!

Libellés :

1 Commentaires:

At 2:53 AM, Anonymous Nanouk a bien voulu donner son avis...

Tu lui lis Ça de Stephen King pour l'endormir le soir ou quoi? ^^

En tout cas, il a bien raison. J'ai jamais aimé les clowns et le père Noël non plus.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home