Révisons les frontières

(24 août)

La première fois que j'ai eu l'impression de ne pas habiter en France, c'était lors d'une grève à la radio. Comme j'habitais dans le Nord, je me suis mise à écouter la RTBF, et j'ai pu constater que les prévisions de la météo belge correspondaient bien mieux à ce que je vivais chaque jour que celles prodiguées depuis Paris.
Plus tard, nous avons déménagé dans le Sud, et, il me semble en avoir déjà parlé ici (mais franchement, je suis en vacances et je n'ai pas envie de chercher), le phénomène s'est reproduit, dans le sens où, au bord de la Méditerranée, le temps était souvent bien plus clément que ce qu'annonçait la radio nationale.
Et aujourd'hui, quand j'entends "toute la France est touchée par une vague de forte chaleur. Hydratez-vous", je me sens un peu comme Astérix au fin fond de son petit village d'Armorique. Chez nous, il pleut. Certes, nous avons eu deux jours de soleil magnifique, au point que le P'tit Mousse est parti à la voile en t-shirt (et je crois bien que c'est le premier de mes enfants à faire du bateau en manches courtes), mais cet après-midi, il a été prié d'emporter sa polaire et son k-way.
Je ne sais pas quel temps il fait à Biarritz ou à Strasbourg, en ce moment. Mais je crains fort que la fameuse canicule touche essentiellement la région parisienne. Et que les journalistes, comme d'habitude, soient centrés sur leur chère capitale. C'est comme pour les vacances scolaires: avez-vous remarqué que les programmes télé proposent des soirées adaptées au public d'âge scolaire pendant les vacances de la zone parisienne? Cela fait râler mes enfants, qui ne peuvent pas regarder le film du dimanche soir parce qu'ils ont école, le lendemain, eux. Pourtant il me semble que les zones de congé ont été calculées pour répartir à peu près équitablement les vacanciers. Ce qui signifie que, pendant que les Parisiens sont en vacances, seuls 1 / 3 des Français le sont (oui, je sais, en pratique, il y a au moins une semaine de chevauchement)...
La France est un pays centralisé, où tout, des lignes de train aux manuels scolaires ("décris ta rue", dans certains collèges ruraux, est vraiment une consigne aberrante); il me semble qu'il serait temps
de remettre en question ce modèle, qui pose des problèmes bien plus graves que la simple justesse des commentaires météo.

Libellés : , ,

4 Commentaires:

At 12:01 PM, Blogger angereine a bien voulu donner son avis...

Je suis une Bretonne de l'intérieur.
Je vis à côté de Rennes et, ici, la canicule est bien présente.
Mardi soir, vers 20.00, nous avions encore 38°C à l'ombre...

 
At 4:04 PM, Blogger Bismarck a bien voulu donner son avis...

Hum, oui, il semblerait que la chaleur soit assez générale. Mais le parigocentrisme n'en reste pas moins déplorable...

 
At 5:40 PM, Anonymous Melle Bulle a bien voulu donner son avis...

Heureusement qu'il y a eu la décentralisation dans les années 80 ...
Malgré tout, on reste dans un système où Paris reste le nombril de la France ... tourné sur lui même!
Bon, n'empêche que, pour le coup, la canicule est aussi en Rhône-Alpes ;-)

 
At 8:34 PM, Anonymous Béatrice a bien voulu donner son avis...

Il fait très chaud aussi en Alsace en journée (32° au bord du canal cet aprèm) mais la nuit ça rafraichit bien !
Bon WEnd !

 

Enregistrer un commentaire

<< Home