E pericoloso sporgersi

(22 avril)

Il nous est arrivé un drôle de truc, la fin de semaine dernière.
Depuis que nous sommes installés dans cette maison, chaque année au printemps, des oiseaux tentent de faire leur nid dans la cheminée. C'est à dire qu'ils y envoient force brindilles et petites branches de bois sec. Quand la trappe est fermée, le petit bois s'amoncèle au point qu'il devient difficile de la rouvrir. Quand elle est ouverte, les branchettes tombent dans l'âtre et autour de la cheminée. Nous mettons régulièrement le feu à ce bois mort accumulé, dans l'espoir que la fumée fera fuir les volatiles; mais s'ils comprennent vite, alors il faut leur expliquer longtemps...
Ce matin-là, donc, entendant du bruit dans le salon, je suis descendue voir quelle quantité de petit bois s'était amassée, histoire d'allumer un petit feu pendant le petit déjeuner. Je n'ai pas trouvé de branchage, mais un corbeau. Qui, me voyant, a tenté de passer par la fenêtre (évidemment fermée). Je suis allée ouvrir la porte, mais il n'a pas compris, et comme j'avais peur de me faire attaquer (c'est un gros oiseau, tout de même!), je suis remontée me couvrir un peu pour aller ouvrir la fenêtre (opération qui nécessite quelques acrobaties). Quand je suis redescendue, Flourig était sur mes talons, et l'oiseau, pris de panique, s'est jeté la tête la première contre la vitre. Il est retombé sur le dos, pour le plus grand bonheur du chat, auquel le Père Noël semblait enfin avoir apporté un  joujou d'envergure (et par la cheminée, comme il se doit).
K. est alors intervenu pour mettre le volatile dans un carton et appeler le vétérinaire. Figurez-vous que le vétérinaire ne s'occupe pas des oiseaux (heu, et les poules ou les canaris?). Une recherche sur internet nous a appris que notre prisonnier était un choucas des tours, oiseau d'espèce protégée. Protégée, peut-être, mais suffisamment fréquente par chez nous (à cause des clochers?) pour que nous l'identifions à son chant et à ses habitudes (oui, celui-là était bien accompagné pour construire son nid dans notre cheminée). Bref. Il avait besoin de repos au calme avant d'être relâché, et nous l'avons installé dans les toilettes (je vous rassure tout de suite, il y a un "bloc WC" aussi dans la salle de bain).
A midi, nous avons commencé à débattre de la nécessité de remettre notre pensionnaire en liberté. Certes, il pleuvait, mais les enfants se demandaient si la pauvre bête ne commençait pas à avoir faim et, en dehors de l'escargot que j'avais écrasé un peu plus tard dans la matinée en ouvrant la porte (mais que faisait-il là, aussi?), je ne voyais pas trop que donner à l'animal, qui devait commencer à stresser un peu, dans son carton. K. a donc précautionneusement mis le carton dehors pour en faire sortir notre corvidé, qui n'a pas réussi à s'envoler tout de suite. Il est allé se cacher derrière des fagots, et nous ne l'avons pas revu depuis. J'espère qu'il a pu reprendre ses esprits / la mobilité d'une aile éventuellement froissée / son vol. Il faisait peut-être partie des choucas qui sont venus piailler dès le lendemain sur la cheminée?
Toujours est-il que, depuis lors, le problème du bois qui arrive tout seul dans la cheminée est résolu.

Libellés : , ,

4 Commentaires:

At 3:08 PM, Anonymous Dr. CaSo a bien voulu donner son avis...

Oh le pôv' petiot! J'espère qu'il s'est remis de ses frayeurs! Vous avez regardé s'il était parti?

 
At 8:27 PM, Blogger Daphnénuphar a bien voulu donner son avis...

tu aurais pu le confier à un garde forestier ou à un garde du littoral. Quand j'habitais vers chez toi, qqun m'a confié un fou de bassan, qui est passé par le garde puis direction la lpo ou océanopolis (je ne sais plus!). et j'ai vérifié de prêt : ils ont de très jolis yeux bleus.

 
At 8:33 PM, Blogger Daphnénuphar a bien voulu donner son avis...

pas les gardes, hein...

 
At 3:57 PM, Blogger Bismarck a bien voulu donner son avis...

Oui, le véto nous a conseillé la LPO (c'est là qu'on a vu que c'était une espèce protégée), mais ça nous a paru un peu compliqué.
Il semblerait qu'il ait réussi à repartir tout seul.

 

Publier un commentaire

<< Home