Indiscipliné

(30 mars)

Jeudi, K. est allé chercher à l'école un Pirate à l'oeil quasiment poché, la glace lui a fait du bien, mais quand même.
Aujourd'hui, alors que je m'apprêtais gentiment à nettoyer ma salle de bain, le téléphone sonne. Allô? je suis bien chez M. et Mme ***? C'est Mme Truc, la maîtresse du Pirate, je vous appelle parce qu'il est tombé sur la lèvre...
En gros, il a fallu que j'aille le chercher, même si la blessure n'a pas l'air si grave. Ca le gêne un peu pour parler, et il aura sans doute aussi du mal à manger: auto-punition!
Alors, j'ai causé un peu avec la (nouvelle - je vous ai raconté le changement absurde de maîtresse?) maîtresse de mon fils, qui le trouve agité, certes, mais qu'est-ce qu'il travaille bien. Evidemment, son bulletin est quasiment monochrome (vert), la directrice l'a traité l'autre jour de génie. C'est un type d'élève que je n'ai pas encore eu: doué et brillant, mais indiscipliné. Peut-être parce que, au fil des ans, ce genre d'enfant se désintéresse de l'école et obtient de moins bons résultats.
Quelqu'un peut-il me dire à quel âge les petits garçons se calment? (Ouais, jamais, d'accord, ou alors vers 27 ans, genre!)

Libellés : ,

Délinquance sénile

(25 mars)

Je vais au marché avec Numérobis. Je sors de la cour de l'école en lui expliquant que nous allons acheter du miel. Il réclame aussi des bonbons.
Nous traversons, et nous arrivons devant l'arrêt de bus. Une mamie nous fait un grand sourire. "Bonjour! Comme il a grandi!" Je cogite, pour essayer de me rappeler où j'ai bien pu la voir. Elle réclame un bisou à Numérobis, qui se laisse relativement faire. "Tu vas à la poste?" "Oui" (Facile, j'ai des lettres à la main, mais j'aimerais bien savoir pourquoi elle me tutoie.)
"Et c'était comment, son nom, déjà?" Je me disais bien, aussi, que nous ne pouvions pas être si intimes. Je lui réponds quand même, et la conversation se poursuit vaguement sur des poncifs ("Qu'est-ce qu'il parle bien!"), et puis nous repartons. Elle dit encore qu'il a l'air d'un petit vicking.
A quelques mètres, Numérobis se retourne vers moi: "C'était qui, là, Maman?"
Je n'en sais rien. Nous avons été agressés par une vieille dame, fort sympathique au demeurant. A bien y réfléchir, je me demande si elle n'a pas commencé par nous prendre pour des gens qu'elle connaissait. Elle s'en est sortie en disant qu'elle adorait les enfants; mais au fond, elle devait être plus gênée que nous. Heureusement que Numérobis est plutôt poli!

Libellés : ,

Franc succès

(24 mars 2009)

Contrairement à ce blog, qui semble quelque peu en perdition, mon voyage en Allemagne a rencontré un franc succès.
Les élèves se sont plutôt bien entendus avec leurs correspondants, ont aimé les visites (pourtant parfois frigorifiantes), adoré les séances de temps libre (au MacDale, hum) et leurs soirées au bar. Certains ont même pleuré en repartant! L'Allemagne, dans leur souvenir, restera un pays drôlement plus agréable que la France. Quelques uns parlent d'y retourner seuls voir leurs nouveaux amis.
A la maison, tout s'est bien passé (qui en eût douté?) et même plus: K. a profité de mon absence pour supprimer les couches à Numérobis. Car il faut bien admettre que cet enfant était prêt depuis un ou deux mois, et que sa mère (moi, donc) restait sans doute le plus grand obstacle à son passage à la propreté. Je voulais garder encore un peu mon bébé, sans doute.
Me voilà donc en pleine forme pour affronter de nouveau mes classes. Mais quand je vois que les élèves (ceux qui ne sont pas partis) qui me croisent dans le couloir me font de grands sourires, je me dis que les retrouvailles ne poseront pas de problème.

Libellés : ,

Petits riens

(message programmé pour le 18 mars, histoire de vous faire patienter pendant que je serai en Allemagne)

Ces petits gestes qui prennent entre 5 secondes et 5 minutes et après lesquels on se sent mieux.
Se laver les dents.
Mettre une machine en route (certes, il faudra aussi la décharger et faire sécher le linge, mais c'est toujours ça de fait).
Remettre en ordre les coussins du canapé.
Ranger le DVD regardé la veille par les enfants.
Se faire un thé ou une tisane.
Retaper le lit.
Passer une éponge sur la table / la gazinière / le plan de travail.
Croquer un carré de chocolat. Ou plutôt deux, tiens.
Jeter les journaux de la semaine passée.
Se coiffer.
Essuyer / laver le miroir de la salle de bain qui était plein de postillons au dentifrice.
Passer un coup de balai.
Se passer de la crème hydratante sur les mains (ou les pieds).
Effacer les traces de café dans l'évier.
Vider l'eau du bac du sèche-linge, et nettoyer le filtre.
Faire un câlin à un enfant.
...

Libellés : ,

Deux mois de courrier

(13 mars 2009)

Forcément, quand on ne met pas les pieds dans un lycée pendant cinq semaines, plus les vacances, et que le lycée en question est encore au "tout papier", les messages s'accumulent dans le casier.

Maître *** (oui, je suis désolée, mais "Me", c'est l'abréviation de "Maître", pas de "Madame", bref)
Bonjour, je dois faire un sujet de type bac jeudi 19 février [...] Peux-tu "libérer" R- et S- si cela ne t'ennuies pas.
(Ben non, ça ne m'a pas ennuyée du tout, d'autant que S-, je ne sais pas qui c'est, il aurait fallu que je libère plutôt P-.)

Chère collègue, je dois rencontrer lundi prochain 16 février la maman de DD et j'aimerais d'ici là que tu me fasses un petit "topo" sur le niveau, les résultats et le comportement de cet élève.
(Ok, toi aussi, regardes mieux tes listes, DD ne fait pas d'allemand.)
(Et SB non plus.)

Objet: concertation nationale sur la réforme des lycées...
(Là, j'aurais bien aimé y aller, au moins dans un des deux établissements où je travaille; mais j'ai appris depuis qu'il y aurait au moins une autre réunion à ce sujet, donc, finalement, une, ça suffira.)

L'animatrice du planning familial répondra à toutes vos questions [...] le 2° et 4° vendredi de chaque mois de 12h à 13H30.
(Une bonne chose pour les élèves, mais pas la peine de retenir l'horaire: je suis dans l'autre établissement, ce n'est pas mes cours qu'ils rateront.)

Professeurs des classes de terminale
Les conseils de classe de terminale (deuxième trimestre) devant avoir lieu autour du 7 février (BO n°3 du 15 janvier)...
(Là, coco, si tu nous envoyais des mails, comme d'autres établissements, j'aurais peut-être pu faire quelque chose, et les élèves n'auraient pas reçu un bulletin avec une case vierge; c'est cool, d'apprendre après coup la date des conseils de classe...)

Objet: concertation nationale sue la réforme du lycée
(Encore?)

Le journal d'un syndicat

Chers collègues, ci-joint les élèves dont j'ai contacté les parents au cours du 2ème trimestre pour la classe de...
(Heureusement, les élèves n'étaient pas dans le casier, qui contenait juste leur liste.)

Une publicité pour un spectacle de théâtre.

Les élèves de T(illisible) ont une épreuve de maths de 3h, mardi 11/02 de 13h à 14h.
Merci d'excuser les trois élèves qui font allemand...
(Bon, ben s'ils sont trois, ce devaient être des élèves de TES, et j'espère pour eux que l'épreuve a duré jusqu'à 16 heures!)

Objet: communication aux familles des notes de mi-trimestre
(Ah, raté aussi, mais en même temps, je n'ai pas de secondes, hein.)

Grève nationale le jeudi 29 janvier

Objet: grève du 29/01
Pouvez-vous nous confirmer votre participation à la grève de jeudi.
(Oh, que non! D'abord, si tu étais bien informé(e), tu saurais que j'étais malade, à cette date. Ensuite, c'est à l'établissement de prouver que je n'étais pas là; rien ne m'oblige à me déclarer gréviste, surtout que ta question, là, c'est juste pour pouvoir me retirer des sous.)

Salut!
Juste un petit mot pour te rappeler que les TS2 ont un bac d'anglais...

Et voilà de chouette feuilles de brouillon...

Libellés : , ,

Reprise

(9 mars)

Ah, retourner au lycée, être accueillie par le sourire des élèves, à l'entrée...
Et, dans le deuxième lycée, entendre les cris de joie à l'autre bout du couloir, quand je sors de la salle des profs: "Madame!"
Non, je ne rêve pas.
Seulement, je pars en Allemagne avec mes élèves, dimanche (enfin, c'est-à-dire, si on retrouve les billets qui se sont perdus entre Paris et le lycée). Alors, forcément, comme ils m'avaient vue avec ma sale tête de pneumopathe, ils se demandaient si j'allais revenir.
Pas question de rater ce voyage.
Et encore des tas de trucs à régler.

Libellés : ,

Coupure d'eau?

(6 mars 2009)

Des fois, il arrive de drôles de trucs à K., dans son boulot.
Cette semaine, il surveillait des travaux. Ca s'appelle comme ça, quand des archéologues jettent un oeil lors de travaux publics (ou pas) sur un site sensible, mais sans faire de fouilles. En l'occurence, des employés qui rénovent les conduites d'eau avaient cru voir un truc au fond de leur tranchée, là, ce serait pas du romain, par hasard? Ben si, un peu, ce serait même bien un mur de quai, une découverte plutôt importante pour la connaissance du port antique, donc K. s'est collé au relevé du mur et à la pioche pour bien dégager tout ça.
Admiration de Mouloud quand K. a tenté de prélever une "carotte" avec un engin qui ressemblait curieusement à un marteau-piqueur (j'ai vu prélever des carottes, je vous assure que le carottier fonctionne sur le même principe qu'un marteau-piqueur). Les archéologues ne sont donc pas seulement des intellectuels, ils manient aussi la pelle et le marteau-piqueur. Et ils n'hésitent pas à mettre les pieds dans la marde, s'il le faut.
Mouloud était bien allé prévenir la propriétaire de la maison qui se trouvait à côté d'une séquence antique particulière de ne pas utiliser l'eau pendant l'heure du déjeuner, là. Mais la dame, elle a dû penser comme moi, quand on me dit "coupure d'eau": plus rien au robinet, mais je peux faire des réserves pour faire ma vaisselle et aller faire pipi tranquille. Sauf que. Les gars, ils s'occupaient aussi du raccordement à l'égout. Et donc, K. a vu arriver sur sa strate sensible d'abord l'eau de nettoyage des légumes, puis celle de la chasse d'eau, et enfin celle de la vaisselle. Miam!
Vous y penserez, la prochaine fois qu'on vous parlera de coupure d'eau: il y a des égoutiers qui risquent de se prendre votre PQ usagé dans la figure...

Libellés : ,

Nomade?

(4 mars 2009)

Je n'aurais pas cru ça de moi.
Je croyais que j'étais une sédentaire. Parce que, de ma naissance à mes 23 ans, j'ai toujours vécu dans le même appartement. Parce qu'il n'y a que la nécessité qui m'a fait déménager. Je croyais que mon rêve, c'était ma petite maison à moi (enfin, notre petite maison à nous), avec ma chambre, mes petites affaires (plus ou moins) bien rangées, mes petites habitudes et mon cercle d'amis.
Certes, je me suis toujours posée des questions sur mes collègues qui faisaient (presque) toute leur carrière dans le même établissement. La collègue qui a vécu toute sa vie à Douai, aussi, me paraissait un cas étrange d'enfermement volontaire.
Mais depuis quelques jours, j'en suis à un autre stade. Il est vrai que cela fait sept semaines que je ne quitte pratiquement pas l'appartement. Il m'est devenu trop petit. J'ai bien tenté de faire un peu de ménage, j'ai même nettoyé les carreaux et pensé à déplacer un ou deux meubles (impossible, à cause de la disposition des fenêtres ou des radiateurs), rien n'y fait.
Je rêve d'évasion. Partir loin, en Suède ou à Prague, et pas seulement pour quelques jours. J'ai été jusqu'à consulter les sites des lycées français d'Europe. Ce qui est idiot, parce que, combien même j'aurais posé une candidature à temps, K. ne pourrait pas me suivre. Qu'irait-il faire à Oslo, lui qui n'aime pas le froid? Lui chercherait plutôt à se rapprocher de la Bretagne; il y a d'ailleurs envoyé deux candidatures. Alors, peut-être que j'aurai l'occasion de bouger aussi.
Un nouveau départ, ailleurs.

Libellés : ,